La cellule royale

La cellule royale

En ouvrant une ruche, vous pourrez trouver une cellule royale. Celle-ci comporte la future reine de la colonie. La décision de générer ou non de nouvelles reines appartient aux ouvrières. Ce sont les abeilles qui fabriquent les cellules et deux raisons leur poussent à se lancer dans cette activité, soit pour remérer la colonie soit pour essaimer. Découvrez dans cet article tout ce qu’il y a à savoir sur le cycle de vie des abeilles et sur les cellules royales afin de bien promouvoir dans le domaine de l’apiculture.

Qu’est-ce qu’une cellule royale ?

Une cellule royale est une cire fabriquée par les abeilles, elle dispose d’une future reine. Encore plus grande qu’une alvéole d’ouvrière ou de bourdon, elle est construite sur le côté des cadres ou dans les trous des cadres.

Les cellules royales peuvent avoir de diverses formes : l’amusette qui est une petite construction globuleuse sur le bord du cadre ne contenant que rarement un œuf, la cellule de supersédure qui ne comporte pas plus de 5, elle sert de signe qui montre que la veille reine encore vivante et va être remplacée, la cellule d’essaimage : plus de 5, elle se place sur les côtés et en bas des rayons, et la cellule de sauveté construite après la mort de la reine, elle peut être plus d’une dizaine et peut se mettre dans tout le cadre.

Les différentes phases de la cellule royale

Quand une colonie décide d’avoir une nouvelle reine, elle construit de nombreuses cellules royales afin d’assurer la relève. Il existe quatre stades différents dans le développement d’une cellule royale d’abeille.

La première phase c’est l’amorce qui marque le commencement de cellule en cire, mais elle ne comporte ni œuf ni larve. Elle a l’aspect d’une coupe ouverte et peut se placer dans n’importe quel coin du cadre. Ensuite, on parle de cellule ouverte qui est de 2 ou 4 jours. Elle a parfois de la gelée royale, cela montre qu’un œuf y a déjà été mis. Les ouvrières vont prochainement sceller cette cellule pour que la larve se transforme en jeune reine vierge.

La troisième phase concerne la cellule fermée. Elle contient une jeune reine qui peut éclore à tout instant. Quand elle est installée au bas des cadres, elle a la même allure qu’une petite arachide. Elle est un peu plus longue que les cellules de faux bourdons. Avec le temps il sera plus facile de les différencier.

Le dernier stade est la cellule émergée. Elle a la même forme que la cellule fermée sauf qu’elle a été un peu manger par la reine qui s’y est développée. Normalement, les abeilles s’en débarrassent et ne servent jamais de la même cellule royale deux fois.

Comment en repérer une ?

La reine a sa propre cellule connue sous le nom de cellule royale. Dans une ruche, il n’y a qu’une seule reine. Lorsque vous voyez une cellule royale vous vous demandez que faire. Il faut bien savoir la distinguer, car il existe deux types de cellules royales, soit il s’agit d’une cellule de remérage soit d’une cellule d’essaimage.

Dans le cas des cellules de remérage, les ouvrières préfèrent remplacer leur reine en raison de sa vieillesse ou bien parce qu’elle est moins productive ou blessée, morte ou disparue. Ainsi, les ouvrières ne souhaitent en aucun cas partir de la ruche. Il est alors crucial de comprendre leur désir d’avoir une nouvelle reine et d’agir suivant leur volonté. Vous pourrez donc répondre à la question quand introduire une cellule royale. En fait, les cellules de remérage peuvent être visibles plus haut dans les cadres. Mais faites attention, car elles peuvent aussi se placer au bas des cadres.

Il s’agit de cellules d’essaimage quand les ouvrières se mirent d’accord pour essaimer. Elles préparent ainsi de nombreuses cellules royales d’essaimage. Avant qu’elles ne sortent, l’ancienne reine quitte la ruche avec toutes les vieilles abeilles. Ces dernières pourraient être bien la moitié de la colonie ; ensuite, la première reine à déplacer va se débarrasser des autres ou prendre le pouvoir, ou elle part de la ruche en emmenant la moitié de la colonie qui reste. Il faut préciser que les cellules d’essaimage se placent parfois au bas des cadres.

Cependant, les cellules d’essaimage peuvent également s’installer au plus haut dans les cadres et les cellules de remérage au bas des cades. Il est ainsi important de toujours être attentif pour ne pas les confondre.

Comment introduire une cellule royale ?

Vous vous posez surement la question : combien de temps pour faire une cellule royale ? Cela dépend de votre capacité à maitriser l’essaimage artificiel. Après avoir compris la méthode pour introduire une cellule royale vous n’aurez aucun problème.

Ainsi, proscrivez les chocs, veuillez à ce que la cellule soit bien transporter sans avoir été secouée. Gardez les cellules à la verticale, il faut laisser autant que possible la reine dans sa position naturelle, la tête en bas. Maintenez la chaleur proche de la température de la ruche, dans une ruche ou une couveuse, la reine dans sa cellule doit être à 35 degrés environ, évitez les ruptures de chaleur trop longue.

Les cellules royales de 3 jours peuvent être mises dans une ruchette de fécondation. Pour cela, prenez une “porte-cupule ou conique” afin d’éviter que les abeilles ne mangent la gelée royale restante par l’arrière de la cupule perse. Elles peuvent également finir de se développer en attendant que les reines en couveuse naissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *