Le guide de l’apiculteur débutant

L’apiculteur débutant ne peut pas se lancer de but en blanc dans cette activité. Il lui faut un minimum de formation pour :

– Savoir s’il est prêt à faire ce métier

– Connaitre le coût de l’investissement

– Savoir si son terrain est propice à l’élevage des abeilles

– Faire le bon choix de ses colonies

– Apprendre à être patient

Êtes-vous prêt à faire ce métier d’apiculteur ?

commencer l apiculture

L’apiculteur débutant aura à investir de l’argent mais surtout, vous allez devoir y consacrer beaucoup de votre temps. Ce n’est pas un simple exutoire pour chasser le stress. Les abeilles ont besoin qu’on s’occupe d’elles en permanence, qu’on leur rende visite pour voir si tout va bien dans la ruche, qu’on les nourrisse si le temps est mauvais, qu’on entretienne leur domicile. Si vous n’avez pas assez de temps mieux vaut s’abstenir. Autrement, suivez le guide !

Le coût de l’investissement

Côté équipement, l’apiculteur débutant doit obligatoirement avoir une voilette. C’est un chapeau assorti d’une maille claire pour vous protéger le visage contre les éventuelles piqûres. Pour le torse il vous faut un blouson épais mais bien aéré. Pour le bas, un jean de forte toile fera l’affaire et pour finir vous aurez besoin d’une paire de bottes du genre pêcheur. Le coût de cet équipement est d’environ 100 euros.

Côté matériel, le minimum indispensable se compose d’un enfumoir, d’un support pour cadres, d’un coupoir à propolis et d’une brosse spéciale. Ce matériel coûte 80 euros. Ce qui fait donc en tout 180 euros. Bien entendu, il faudra y ajouter le coût de votre ou de vos ruches, et celui de vos abeilles. Vous pouvez également y ajouter le coût d’une petite formation pour apiculteur, qui vous permettra de bien faire les choses par la suite.

Votre terrain est-il propice à l’élevage ?

ruches-apiculteur-débutantL’apiculteur doit avoir un terrain qui soit exposé de préférence à l’est ou au sud-est. Il doit être éloigné des terrains humides et des plans d’eau. Les ruches doivent être posées en hauteur sur un assemblage de moellons. Pour terminer, votre terrain doit être situé le plus près possible de votre habitation afin de ne pas vous ruiner en déplacements.

Le choix de vos premières colonies

Pour ne pas avoir de regrets par la suite, vous devrez investir dans la qualité tant pour les essaims que pour les ruches. L’abeille noire est la meilleure des abeilles d’élevage de France. Il est donc primordial de vous approvisionner chez des professionnels qui n’élèvent que cette race. De même, vous avez intérêt à acheter une ruche de qualité, car elle est censée protéger votre cheptel du froid comme de la chaleur et de la pluie comme du gel.

Apprenez à être patient

essaim-abeilleL’apiculture est une activité qui s’adresse uniquement aux personnes dotées de patience. Il ne faut surtout pas commencer au début du printemps ou lorsque bon vous semblera. Il faut savoir que chaque année, le développement d’un essaim n’arrive à terme qu’au mois d’octobre. Les éleveurs sérieux ne vous en livreront avant cette date. Or, leurs carnets de commande sont pleins dès début janvier. Il faut donc vous armer de patience et profiter de ce délai pour préparer le terrain d’accueil de votre rucher.

Il vous faudra étudier le biotope, car même si votre verger est fourni en arbres fruitiers, il ne suffira pas pour nourrir vos abeilles pour l’année. Pour ce faire, vous commencerez par acheter une carte IGN de l’endroit où vous habitez. Ensuite, vous allez repérer avec exactitude l’emplacement de votre rucher.

A partir de là, tracez un cercle de 3 kilomètres de rayon, car c’est le rayon d’action habituel des abeilles. Vous n’aurez plus ensuite qu’à descendre sur le terrain pour constater de visu si la région regorge d’arbres ou de plantes mellifères et si ces derniers sont pollinifères ou non. Ce sera pour vous une occasion de vous mettre au diapason avec la nature et le calendrier des abeilles qui démarrent leur saison fin mars et la terminent en septembre.