Grille à reine

Grille à reine : pourquoi s’en servir dans une ruche ?

En apiculture, il n’est pas rare d’entendre les éleveurs parler de grille à reine. Mais quelle est donc son utilité ? Comment elle fonctionne ? Quels sont ces avantages et ses inconvénients ? Si vous aussi vous vous posez les mêmes questions, alors cet article devrait fortement vous intéresser.

L’utilité et le fonctionnement d’une grille à reine

Les apiculteurs utilisent la grille à reine pour empêcher à la reine d’accéder à certains endroits de la ruche et éviter qu’elle n’y ponde. On peut distinguer deux types de grilles à reine disponibles sur le marché : celles en métal, et celles en plastique. Elles peuvent également se distinguer par leur souplesse et leur rigidité. Certaines sont perforées, d’autres sont moulées, encadrées ou non, à fils etc.

La grille à reine possède des interstices suffisamment espacés pour laisser passer les ouvrières, mais suffisamment étroits pour empêcher le passage de la reine. On la place sur la ruche juste avant de poser la hausse.

Les apiculteurs habitués à l’utilisation de cet accessoire affirment que la grille à reine est plus efficace sur des ruches à 12 cadres. En effet, elle serait moins avantageuse sur les ruches à 10 cadres, puisque ces dernières ont des reines très fécondes dans leur nid.

Les avantages de la grille à reine

La grille à reine a donc pour objectif d’empêcher l’accès des hausses à la reine. Ainsi, la récolte peut se faire sans faire courir de risque à la reine. Cette méthode permet aussi de ne pas troubler la récolte, étant donné que le couvain est cantonné dans le corps. L’apiculteur récolte alors un miel exempt de couvain. En d’autres termes, le miel ne contiendra ni bactéries, ni spores.

Grâce à la grille à reine, on limite considérablement le risque de transmission des maladies à l’intérieur de la ruche et entre les ruches. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’utilisation de ce dispositif est recommandée par les instances sanitaires.

Pour certains apiculteurs, l’utilisation d’une grille à reine peut même être obligatoire. En ayant recours à cet outil, la reine ne pourra pas pondre dans la hausse. Sans la grille à reine, on retrouve systématiquement du couvain et du pollen dans la hausse. Il ne devient alors plus possible de récolter le miel dans la première hausse car l’éleveur se trouve obligé de laisser le cadre de couvain avec le miel. De ce fait, les prochaines récoltes seront gênées puisque le miel va se cristalliser. De plus, les cadres doivent être recyclés à la fin de chaque saison pour des raisons sanitaires.

Outre le fait de bloquer les abeilles, il est important de souligner que la grille à reine est également en mesure de protéger les hausses contre les invasions de mulots et de souris.

Les inconvénients de ce dispositif

Toutefois, bien que la grille à reine apporte des avantages, elle n’est pour autant pas dépourvue de petits défauts. Elle peut être considérée comme étant un dispositif contre nature. En effet, lorsqu’elle est installée dans la ruche, elle ne permet pas aux abeilles de prolonger les rayons consacrés à la ponte des œufs.

Parfois, les colonies peuvent refuser de stocker leur miel en passant à travers les mailles de l’outil. Dans ce cas, les abeilles sont généralement perturbées, et vont alors devenir trop nombreuses dans le corps. Pour alléger l’effectif, elles commenceront à faire de l’essaimage, ce qui nuira fortement à la production dans la ruche.

Ce type de problème peut être résolu en ne posant la grille à reine que lorsque les abeilles ont fini de coloniser la hausse. Il faut cependant veiller à ce que la reine soit retournée dans le corps. Avant de procéder à la récolte, il faut attendre 25 jours afin de laisser aux ouvrières le temps de naître.

Par ailleurs, il est important de noter que la grille à reine n’est pas autorisée dans le cahier des charges de l’apiculture biodynamique. En effet, dans ce type d’élevage, il est essentiel de laisser la reine libre de tous ses mouvements. Ce dispositif n’est pas non plus utilisé en apiculture Warré, étant donné que le couvain s’étend vers le bas naturellement, et que le miel est stocké en haut, de façon toute aussi naturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.