L’essaimage est une pratique agricole qui consiste à relocaliser des colonies d’abeilles d’un endroit à un autre. Cette pratique est très importante pour la survie des abeilles et pour la santé des cultures. Elle est également très utile pour les apiculteurs qui peuvent ainsi augmenter leur production de miel. Dans cet article, nous allons examiner en détail ce qu’est l’essaimage, quand et pourquoi l’effectuer, le matériel nécessaire, comment sélectionner les colonies à essaimer, comment procéder à l’essaimage et que faire si vous avez un essaim dans votre jardin. Après que les abeilles essaiment, vous avez la possibilité d’intervenir afin de limiter le temps d’interruption de ponte. Voici quelques conseils efficaces pour bien réussir à contrôler l’essaimage.

Quand et pourquoi essaimer ?

L’essaimage est une pratique agricole qui consiste à relocaliser des colonies d’abeilles d’un endroit à un autre. Il est généralement effectué au printemps, lorsque les colonies sont les plus fortes et les plus productives. L’essaimage est très important pour la survie des abeilles et pour la santé des cultures. Il est également très utile pour les apiculteurs qui peuvent ainsi augmenter leur production de miel.

L’essaimage est une pratique très ancienne qui a été utilisée par les apiculteurs depuis des siècles. Il est important pour les abeilles car il leur permet de se développer et de se multiplier. Les colonies d’abeilles qui sont essaimées sont plus fortes et plus productives que les colonies qui ne sont pas essaimées.

L’essaimage est également très important pour les cultures. Les abeilles sont des pollinisateurs essentiels et l’essaimage permet aux colonies d’atteindre des endroits où elles peuvent polliniser les cultures. Cela permet aux cultures de se développer et de produire des récoltes plus abondantes.

Le nécessaire pour l’essaimage

Pour effectuer un essaimage, vous aurez besoin d’un certain nombre d’outils et de matériel. Vous aurez besoin d’une ruche, d’un cadre de miel, d’un cadre de cire, d’un cadre de pollen, d’un cadre de couvain, d’un cadre de propolis. Vous aurez également besoin d’un seau, d’une épuisette, d’une pelle et d’une échelle.

Une bonne sélection

Lorsque vous sélectionnez une colonie à essaimer, il est important de choisir une colonie qui est forte et productive. Vous devriez également vérifier que la colonie est en bonne santé et qu’elle n’est pas infestée de parasites ou de maladies. Une bonne colonie à essaimer aura une reine jeune et en bonne santé, une bonne quantité de couvain et de miel et une bonne quantité de pollen et de propolis.

L’opération d’essaimage

Lorsque vous êtes prêt à essaimer, vous devrez préparer la ruche et le matériel nécessaire. Vous devrez ensuite retirer le couvain et le miel de la colonie et les placer dans la ruche. Vous devrez ensuite retirer les cadres de la colonie et les placer dans la ruche. Une fois que tout le matériel est en place, vous devrez retirer la reine et la placer dans la ruche. Vous devrez ensuite retirer les abeilles et les placer dans la ruche. Une fois que toutes les abeilles sont en place, vous devrez fermer la ruche et la transporter à l’endroit où vous souhaitez relocaliser la colonie.

Que faire si j’ai un essaim dans mon jardin ?

Si vous avez un essaim dans votre jardin, la meilleure chose à faire est de contacter un apiculteur agréé ou un service de contrôle des moustiques pour l’enlever. Si le service n’est pas disponible dans votre région, vous devrez y aller vous-même ou appeler un apiculteur amateur. Il est essentiel que l’essaim soit traité correctement pour éviter la propagation des abeilles ou des dommages à l’environnement.

Les facteurs d’essaimage

Durant l’essaimage en mi-avril à fin juin, un essaim dispose de 5% butineuses, 1% mâles, 70% jeunes abeilles et 24% d’abeilles de plus de 10 jours. Ce temps-là les abeilles transporte 40 mg de miel, une quantité suffisante pour leur survie. Plusieurs raisons peuvent les pousser à partir comme la vieillesse de la reine, l’augmentation du nombre d’abeilles, les hausses qui sont installées trop tardivement, la mauvaise position des cadres à pollen, le nourrissement liquide distribué trop tôt, la ventilation insuffisante de la ruche et la récolte d’essaims sauvages.

Savoir repérer les différents signes pour bien contrôler l’essaimage

Le phénomène d’essaimage commence dès que les cellules des larves sont réparties en cellules royales. Cela se produit quand le nombre d’abeilles dans la colonie a atteint son apogée. L’essaimage peut alors arriver entre le mois d’avril et le mois de septembre, le plus souvent c’est entre mai et juin. Le premier signe à remarquer est la fleuraison des lilas. Le premier essaim sortant d’une ruche est connu sous le nom d’essaim primaire, celui-ci dispose d’une vieille reine. Les autres abeilles placées autour de la jeune reine sont les essaims secondaires.

Avant de partir, les ouvrières essaimeuses mangent beaucoup de miel. Il s’agit de provisions qui leur permettent de tenir pendant 15 jours avant de trouver un nouvel habitat. Ainsi, les abeilles sont très dociles. Dans la ruche, les ouvrières qui n’essaiment pas se déplacent rapidement en tout sens, elles transmettent des vibrations aiguës. C’est une façon d’expulser la vieille reine hors de la colonie. Elle part de la ruche deux jours avant que les jeunes reines ne prennent sa place.

Et après formation de l’essaim ?

Lorsque l’essaim est formé, il s’installe près de la colonie d’origine pour chercher un nouveau logement. Quand les éclaireuses l’ont trouvé, l’essaim y reste et se pose entre 100 et 800 mètres de la colonie d’origine. Vous devez donc faire attention si vous voyez dans votre rucher les essaims récemment sortis à moins de 50 m des ruches. Si c’est leur premier arrêt, ils vont repartir assez rapidement.

Il existe d’autres signes qui pourront vous permettre de savoir s’il y aurait un futur essaimage comme l’apparition de nombreux couvains, la construction d’amusettes, l’arrêt de production de cire qui montre que les abeilles vont prochainement s’en aller, et les cellules royales qui se désoperculent. Cela prouve que l’essaim est déjà parti avec la reine. Ces cellules sont parfois nombreuses et se placent en bas des cadres ou au centre du couvain.

Comment prévenir la ruche d’essaimer ?

Pour contrôler l’essaimage intempestif, il faut effectuer une visite de ruche une fois par semaine, permettre au couvain d’avoir un nid plus spacieux en déplaçant les cadres à pollen et miel. Vous devez aussi faire bâtir le couvain en y ajoutant un cadre ciré, séparer la ruche trop populeuse en enlevant un cadre de couvain ouvert avec les jeunes abeilles qui s’y trouvent sans s’occuper de la reine et construire un nouvel essaim avec.

Mettez encore un cadre de miel, un cadre bâti vide et rassemblez tous dans une ruchette six cadres proportionnellement divisées en deux parties à l’aide d’une cloison étanche contreplaquée. Vous aurez donc deux mini ruchette avec des cadres de corps Dadant qui pourront contenir une ruche normale. Cependant, il faut noter qu’il n’est pas nécessaire de détruire des cellules royales, cela n’empêche pas les abeilles d’essaimer. Néanmoins, ces cellules royales peuvent vous être utiles pour remérer ou fabriquer un nouvel essaim. Pour cela, vous devez bien choisir les cellules royales, optez pour les plus grosses.

Les bons gestes pour limiter les essaimages intempestifs

Pour contrôler l’essaimage, il faut adopter les bons gestes. Donc, pour commencer, vous devez changer vos reines, car elles essaiment beaucoup plus que les jeunes reines. Cela limitera l’essaimage. Tenez compte du fait que la destruction des cellules royales ou des amorces n’est pas suffisant pour enrayer l’essaimage. Si elles sont mûres, les abeilles ne risqueront pas de partir. Ainsi, divisez la colonie en de nombreuses ruchettes. Même si l’aile de la reine est coupée, l’essaimage se produira encore si vous n’arrivez pas le contrôler.

Pour vous débarrasser du caractère génétique d’essaimage du rucher, n’hésitez pas à détruire toutes les cellules naturelles après un essaimage. La semaine suivante, faites un contrôle pour qu’il n’y ait plus de cellules royales naturelles et mettez un cadre de couvain prélevé d’une colonie stable. Et les abeilles élèveront de nouvelles cellules grâce à ce couvain.

Avant que la miellée de printemps ne commence, enlevez les vieux cadres de bordures afin de pouvoir mettre deux cadres remplis de cire gaufrée. Le retirement des cadres de couvain operculés permet de limiter l’essaimage. Ces derniers peuvent être utilisés en guise de soutien pour les colonies les plus faibles ou pour former de nouvelles ruches. Tout de même, soyez attentif, car si vous introduisez trop d’abeilles dans la ruche, cela pourrait favoriser l’essaimage surtout si votre reine est âgée.

Freiner l’essaimage si nécessaire

Prélever un paquet d’abeilles freine bien l’essaimage. Pour cela, installez une grille à reine sur la ruche forte. Il faut qu’il y ait un peu d’espace les hausses. Enfumez et tapotez durant quelques secondes. C’est une opportunité pour vous pour créer une nouvelle ruchette avec cette population jeune en y ajoutant une cellule royale âgée de 10 jours. La pose d’une petite hausse vide ayant l’aspect d’un « food chamber » sous la ruche représente un bon moyen de limiter l’essaimage pendant la « fièvre d’essaimage ». Avec cet espace disponible sous la chambre à couvain, les abeilles pourront se mettre en grappe durant la forte miellée. Lorsque la période de fièvre d’essaimage est finie, n’oubliez pas d’enlever cette boîte vide, sinon les abeilles y construiront des rayons.

Voir aussi :