Essaim artificiel

L’essaim artificiel est distinct de l’essaim naturel. Mais avant toute chose, notez que l’essaimage constitue l’un des cycles de vie des abeilles. Il survient en fin du printemps ou au début de l’été. Les apiculteurs pratiquent également de l’essaimage afin de développer leur cheptel. Ils doivent faire beaucoup d’efforts pour optimiser leur rucher. Ce sont les abeilles qui assurent l’essaimage naturel, découvrez dans cet article ce qu’il en est de l’essaimage artificiel.

Qu’est-ce qu’un essaim artificiel ?

L’essaim artificiel est pratiqué par un apiculteur débutant ou professionnel dans le but de développer leur cheptel. Pour cela, il achète des essaims d’abeilles en début de saison. Il s’agit donc d’une sélection et d’un renouvellement de reines à l’aide de plusieurs techniques. L’essaimage artificiel est souvent effectué avec les ruches qui ne possèdent pas de cadres puisqu’il n’y a pas de manipulation des cires et du couvain. Dans ce processus, ce sont les apiculteurs qui agissent pour former l’essaim, mais lors d’un essaimage naturel ce sont les abeilles qui opèrent.

Un essaimage artificiel concerne donc la maitrise de l’essaim pour ne pas perdre ses abeilles, il a pour objectif de créer de nouvelles colonies pour faire augmenter le cheptel des colonies que ce soit à titre privé ou commercial.

Vaut-il mieux privilégier un essaim naturel ou artificiel ?

L’essaim naturel et l’essaim artificiel sont différents. Un essaim naturel se capture dans la nature et il est formé par les abeilles. Ces deux essaimages peuvent être pratiqués par les apiculteurs. Il est donc possible de choisir entre ces deux procédés. Cependant, pour l’essaim naturel, le rôle de l’apiculteur est de le capturer et de poursuivre ensuite le processus. Il s’agit de trouver un essaim d’abeilles installé dans la nature. Pour cela vous devez avoir une bonne vue et beaucoup plus d’attention. Avec un vol régulier d’abeilles vous avez plus de chance de repérer un essaim naturel.

Souvent, les essaims naturels se trouvent sur des arbres, mais cela n’empêche pas le fait que vous pourrez en apercevoir dans les volets clos, sur un monument ou sur des voitures. Si l’essaim est facile d’accès, vous pouvez le récupérer grâce à une ruchette ou un contenant en carton. Mais s’il se trouve un peu plus haut, il est nécessaire d’utiliser un cueille-essaim. Notez bien que la capture d’essaim peut être dangereux, il faut donc prendre toutes les précautions de sécurité appropriées.

Concernant l’essaim artificiel, de nombreux apiculteurs le pratiquent actuellement afin de développer et renouveler leur cheptel. Le but est d’anticiper le comportement naturel des abeilles avant le départ du rucher. Pour faire un essaim artificiel, l’apiculteur divise la colonie afin de pouvoir élever une nouvelle reine. Il existe de diverses techniques pour réaliser un essaim artificiel.

Comment en produire un?

En tant qu’apiculteur débutant, il est tout à fait normal de se demander comment faire un essaim artificiel. La première technique concerne le prélèvement et la création de nuclé. Pour cela, vous devez ouvrir une ruche dotée d’une ponte bien stimulée, enlever dans la ruche mère 1 à 2 cadres de couvain, 1 cadre de pollen, 1 cadre avec des réserves de miel. Puis, rangez ces cadres dans la ruchette avec un maximum d’abeilles, mais sans toucher à la reine.

Vous avez la possibilité d’utiliser une cage à reine pour mettre la reine en sûreté. Changez ensuite les cadres dans la ruche mère et n’oubliez pas de la fermer. Vous allez par la suite transporter au moins à 3 km de la ruche d’origine pour que les abeilles ne retrouvent pas leur chemin. Petit à petit l’essaim ainsi prélevé va créer une nouvelle reine. Dès que votre essaim est bien installé dans la ruchette, transvase-le à l’intérieur de la ruche afin qu’il puisse se développer.

La deuxième méthode s’appelle la division. Pour cela, vous devez choisir une ruche qui contient plusieurs cadres de couvain et une réserve suffisante de miel et de pollen. Devant la ruche d’origine, posez 2 ruchettes vides et désinfectées. Saisissez ensuite les cadres de la ruche mère et mettez-en dans les deux ruchettes, tout cela se fait sans la recherche de reine. Puis, mettez des cadres lourds de miel et de pollen et des cadres de couvain dans chaque ruchette. Introduisez-y aussi des cadres neufs de cire gaufrée et enfumez-le doucement.

Il faut enfumer la ruche vide, la retourner et la secouer pour que les abeilles retardataires rejoignent la ruchette. L’objectif est de séparer la ruchette orpheline de celle qui est avec la reine à une distance de plus de 3 km de la ruche d’origine. Pour pouvoir connaitre la ruchette orpheline, vous devez bien examiner le côté où les abeilles sont le plus agitées. Après quelques semaines, la ruchette orpheline va créer une nouvelle reine. Lorsque votre essaim s’est bien installé dans la ruchette, vous devez le transvaser dans une ruche afin qu’il continue à se développer.

Quand faire un essaim artificiel ?

Les abeilles ont un cycle biologique, c’est pourquoi il pourrait être difficile de faire un essaim artificiel avec introduction de reine si l’on ne connait pas vraiment le monde de l’apiculture ainsi que la période appropriée pour effectuer cette opération. Il est important de préciser que la période pour réaliser efficacement un essaimage varie entre le nord et le sud de la France. En effet, il faut d’abord vérifier s’il y a de faux-bourdons dans la ruche. Si vous créez un essaim artificiel en avance, la fécondation de la reine ne va pas être assurée puisque les mâles ne sont pas encore présents ou bien ne sont pas matures.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *