Essaim naturel

Essaim naturel

Un essaim naturel concerne la capture d’abeilles dans la nature. Il est constitué quand une ancienne reine quitte sa ruche et une nouvelle reine prend sa place pour pérenniser la colonie. Elle se doit de partir en raison de son âge et son groupe le lui oblige également. Ce phénomène d’essaimage se produit lorsqu’il y a une surpopulation dans la ruche. Voici quelques informations intéressantes qui vous permettront de mieux connaitre l’essaim naturel et sa capture.

Comment capturer un essaim naturel ?

Attirer un essaim naturel n’est pas difficile, il faut tout simplement être un apiculteur de cueillette. Il est alors important de bien s’occuper de son rucher pour prévenir l’essaimage naturel. Cependant, cela n’empêche pas la pratique du piégeage à petite échelle pour récupérer les essaims qui n’ont pas été anticipés et ceux avec une origine incertaine. S’ils ne sont pas de bonne qualité, ils ne vont pas s’installer dans les cheminées, dans les volets ou dans les endroits où ils risqueront de ne pas survivre. Il suffit que vous suiviez l’essaim et il vous appartient. Vous pourrez ensuite le récupérer.

Actuellement, les essaims naturels s’envolent dans l’anonymat, il n’y a personne pour les enrucher. Par conséquent, ils deviennent des essaims sauvages sous la responsabilité du propriétaire du terrain où ils s’installent. C’est plus confortable pour la colonie que dans une ruche avec des cadres bâtis. Toutefois, vous pouvez inviter un essaim sauvage à entrer dans un piège déjà préparé.

Quand une colonie prépare un essaimage naturel, des abeilles exploratrices se mettent à la recherche d’un nouveau logis et d’autres à une nouvelle aire de butinage. Tous les lieux qui peuvent convenir seront examinés et les informations seront transmises à la ruche. Cela inclut la direction, l’éloignement, les qualités, l’intérêt de l’endroit, et l’odeur. C’est par des danses que sera révélée la décision de l’endroit adéquat. Ainsi, la destination est déjà connue avant de prendre l’envol, mais c’est quand l’essaim est posé provisoirement près de la ruche d’origine que la décision finale est fixée. On aperçoit ainsi les abeilles éclaireuses qui dansent sur la surface de la grappe.

Quelques précautions à prendre

Il est important de noter que les essaims sauvages capturés vous appartiennent une fois qu’ils s’installent chez vous ou dans votre ruche. Il existe une règle qui stipule qu’un piège peuplé constitue un rucher. Par contre, vous n’avez pas le droit de mettre un piège à côté des ruchers d’autrui. Les essaims sauvages ne présentent pas de garantie sanitaire sur l’âge de la reine ni sur son degré d’hybridation. Il faut alors leur réserver un temps de quarantaine pour qu’elles s’accordent à vos exigences. Faites un traitement anti-varroas avant l’operculation du premier couvain.

Assurez-vous que les vieux cadres odorants sont bien attractifs, mais faites attention, car ils peuvent être également un facteur de désagréments. Soyez donc sûr de leur origine et enlevez-les après l’installation de l’essaim. N’oubliez pas qu’il faut nourrir un essaim naturel afin d’assurer sa survie et pour qu’il n’ait aucune intention de partir vers d’autres lieux plus confortables.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *