L'essaimage

L’essaimage

Quand on parle d’essaim d’abeilles, on pense à l’essaimage. L’essaimage est un phénomène qui se passe dans les ruches d’abeilles. Cela consiste à ce qu’une partie des abeilles quittent la ruche accompagnée d’une reine afin de former une nouvelle colonie. C’est une solution trouvée par les abeilles pour affronter la crise de logement dans une ruche qui est trop étroite. Découvrez dans cet article tout ce qu’il savoir sur l’essaimage.

Qu’est-ce que l’essaimage ?

L’essaimage est un phénomène spécifique des abeilles. C’est un processus de division de la population d’une ruche. Il y en a qui reste dans la ruche, avec le couvain naissant, les ouvrières et la nouvelle reine qui va éclore, et d’autres sous l’ordre de l’ancienne reine vont partir à la recherche d’un nouvel endroit pour s’y instaurer. L’essaim va se déplacer ensuite pour former une boule. Il se placera normalement sur une branche d’arbre en attendant que les éclaireuses partent à la quête d’un lieu propice à la construction d’une ruche.

En fait, la jeune reine qui vient d’éclore prend la place de celle qui est partie et le couvain dès qu’il s’est développé remplacera les autres abeilles. L’essaimage permet aux bitumeuses d’avoir plus d’espace dans la ruche, d’autant plus qu’il est impossible pour les deux reines de coexister. Il sert également de brassage génétique sain. En outre, il faut préciser qu’un apiculteur peut également effectuer un essaimage.

Pourquoi se lancer dans l’essaimage ?

L’essaimage constitue un mode de reproduction des colonies d’abeilles. Cependant, il est possible pour un apiculteur de gérer cette reproduction d’une façon artificielle dans le but d’augmenter son cheptel ou pour remplacer des reines malades ou pour multiplier ses ruches et même pour commencer dans le domaine de l’apiculture. Ainsi, l’essaimage artificiel représente une solution parfaite si l’on ne souhaite pas acheter une ruche. Mais comment faire un essaimage artificiel ? Pour réussir l’essaimage, il faut bien connaitre la période idéale pour l’élevage et pour effectuer l’essaimage artificiel.

Quand faut-il le pratiquer ?

En général, l’essaimage se produit du printemps au milieu de l’été en fonction de la région, de la culture sur la zone et des espèces d’abeilles. Les bitumeuses le préparent pendant plusieurs jours en construisant des cellules royales qui pourront contenir de nouvelles reines. Par la suite, la reine va pondre des œufs et ces derniers seront alimentés par une grande quantité de gelée royale. Dès que les œufs sont pondus, la reine va réduire son régime alimentaire pour induire une diminution de ses ovaires et pour avoir la capacité de voler à nouveau.

L’essaimage survient juste avant la miellée, quand le couvain est à son apogée et que la colonie commence à être à l’étroit dans la ruche. L’ancienne reine qui est un peu âgée produit moins de phéromones. Ces derniers ont une action sur les ouvrières. Lorsqu’elles sentent qu’elles doivent être remplacées, elles envoient les éclaireuses, c’est un signe montrant la période d’essaimage. Toutefois, le bon moment de l’essaimage artificiel est le début de saison.

Ainsi, vous devez garder un œil sur la présence de nouvelles cellules royales dans votre ruche. Vous pouvez les voir à travers les cadres. Si un œuf ou une larve se trouve dedans, le compte à rebours avant essaimage a déjà débuté, donc soyez attentif. Le ralentissement du travail fait par la colonie doit aussi être observé avant l’essaimage. La reine pond moins, les entrées de pollen s’affaiblit, il n’y a plus de production cirière. Il faut préciser qu’il existe des souches d’abeilles qui essaiment plus que d’autres. Vous devez alors savoir les particularités de ces espèces et faire beaucoup plus de visites de rucher afin de déceler les premiers signes de départ.

Le matériel à prévoir pour essaimer

Avant de procéder à l’essaimage il faut de quelques équipements. Ainsi, vous devez avoir le même nombre de ruches que d’essaims que vous souhaitez développer. Vous aurez aussi besoin d’espace, car il sera nécessaire de placer les nouvelles ruches à 5 km du rucher existant si vous en avez déjà un. Cet emplacement secondaire ne sera que provisoire. Disposez également de cadres neufs pour chaque ruche. Puis, mélangez un verre de sirop de biberonnage avec deux volumes identiques d’eau et de sucre en y versant 10 % de miel. En tout, vous devez posséder le maximum de ruches et veuiller à ce qu’elles soient bien neuves ? Chaque ruche devra avoir une partition.

Choisir la bonne ruche pour l’essaimage

Afin de réaliser un parfait essaimage et d’avoir un miel de bonne qualité, il faudra faire une bonne sélection. La visite des ruches à diviser doit être effectuée au printemps pour pouvoir connaitre les colonies à essaimer. Il vaut mieux ne pas se fier aux sélections globales. Une sélection rigoureuse est l’idéal, car il existe des colonies hybrides avec peu d’intérêt. Trouvez les colonies qui essaiment fréquemment puisque ce sont elles qui ont les meilleures gênes.

Choisissez également les abeilles selon le tempérament que vous recherchez et la qualité de miel qu’elles procurent. Les meilleures colonies favorables à l’essaimage sont celles qui ont déjà survécu à un hiver, qui ont déjà fourni plus de 6 cadres de couvain et de ponte, qui disposent de faux bourdons déjà nés, et qui sont bien populeuses. La colonie ainsi choisie sera une « ruche mère ». Pendant la sélection, faites attention à la reine. Vous devez l’isoler sur son cadre et n’oubliez pas d’utiliser un support afin d’éviter de l’écraser.

L’opération d’essaimage

Pour un bon essaimage, disposez de deux cadres de couvain qui contiennent des œufs encore non éclos, puis un autre qui n’ait que du couvain operculé et un autre avec des réserves, et bien évidemment, des abeilles qui habiteront dans la ruche. Cependant, il faut se mémoriser de leur ordre dans la ruche mère et placez-les de la même façon dans la nouvelle ruche, suivi du cadre à nourriture contre la paroi. Et mettez un 5e cadre à jambage neuf.

Il faut également vérifier que la ruche n’est pas trop fraiche. Puis, fermez la porte d’entrée. Lorsque l’opération est finie, placez les ruches à leur résidence secondaire et donnez-leur du sirop durant 3 jours de sirop. Après 6 jours, ne dépassez pas ce délai pour re-transférer les ruches auprès de leur ruche mère. Par vigilance, éviter d’ouvrir vos ruches avant le 26e jour suivant la division pour ne pas tuer votre nouvelle colonie. Tout cela nécessite de la patience, car il faut faire confiance à la Dame nature.

Les méthodes pour contrôler l’essaimage

Il est important de pouvoir contrôler ce phénomène, mais comment éviter l’essaimage ? Commencez par ajouter des hausses pour donner plus d’espace aux abeilles ouvrières, cela optimisera le stockage de réserves de miel. Si vous mettez plus de hausses, vous donnerez plus de place à la reine dans le nid pour y pondre les œufs. Une jeune reine a peu de chances d’essaimer qu’une reine plus âgée. Ainsi, beaucoup sont les apiculteurs professionnels qui changent de reines tous les ans.

Ensuite, il faut aussi se débarrasser des cellules royales ou des amorces afin de limiter l’essaimage. Gardez en tête que le succès n’est pas complètement garanti. Si une cellule royale est déjà bien avancée, il est peut-être déjà trop tard pour empêcher le départ des abeilles. Veillez à ne pas détruire toutes les cellules royales si vous n’avez pas trouvé la reine et ses œufs. Vous pourriez être la cause de l’extinction de la colonie. Certains apiculteurs créent un essaim artificiel avant que l’essaim naturel ne se produise. En fait, l’apiculteur ne peut pas vraiment l’empêcher mais il peut contrôler l’essaimage.

Précautions à prendre

Faites en sorte qu’il ait une bonne ventilation dans la ruche. Les abeilles n’aiment pas la chaleur et l’exposition en plein soleil. Elles ne resteront pas en permanence dans la ruche, elles vont vouloir sortir pour rejoindre un espace plus au frais et plus dégagé. Donc, pour éviter l’essaimage il faut retirer les cadres de couvain operculés. N’hésitez pas à utiliser des cadres de couvain prêt à naître afin de renforcer une colonie plus faible ou d’obtenir une nouvelle ruchette.

Dans le but de ne pas vous laisser surprendre, préparez à l’avance le matériel dont vous aurez besoin en période d’essaimage. Assurez-vous d’avoir des ruchettes et des cadres prêts en quantité suffisante. Pour pouvoir récupérer un essaim inaccessible, utilisez un cueille-essaim, c’est plus rapide et très pratique pour attraper un essaim en hauteur.

Faut-il pratiquer de l’essaimage ?

À un moment donné, il se peut qu’un bourdonnement dans votre jardin attire votre attention. Il s’agit peut-être d’un essaim ! Il ne faut pas paniquer, les abeilles ne sont pas agressives lorsqu’elles ne sont pas dérangées. Ainsi, vous avez deux options : soit vous décidez de vous équiper et proposer un habitat pour les abeilles, soit vous contactez un apiculteur qui se fera un plaisir de vous en débarrasser.

Si vous optez pour le premier choix, vous pratiquez de l’essaimage. Pour ce faire, installez un corps de ruche déjà utilisé et passé à la flamme du chalumeau pour dégager les parfums de propolis et de cire, car cela attirera bien les abeilles. Posez deux cadres déjà bâtis dans le corps de ruche et laissez la nature s’occuper de la suite.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *