L’abeille carniolienne (Apis mellifera carnica)

L’abeille carniolienne ou mellifera carnica de son nom scientifique, est aussi quelquefois appelée Carniole. Son territoire d’origine se trouve dans les Alpes autrichiennes et les Balkans. Elle fait partie des races d’abeilles les plus courantes.

Ses principales caractéristiques

Généralement, l’abeille carniolienne présente une robe à prédominance grise. Son corps d’une grande pilosité est recouvert des bandes de poils gris. Cependant, il arrive aussi qu’une carnica puisse présenter de légères nuances bronze. Ni trop longue, ni trop courte, sa trompe se retrouve dans la bonne moyenne (6.5 mm). Ce qui lui permet d’aller butiner presque toutes les fleurs sauf bien entendu celles à corolles très profonde comme celles de l’acacia.

Côté caractère, elle possède la particularité d’être d’une douceur sans égal, et de ce fait tout l’attirail de protection comme l’enfumoir ou la voilette devient pratiquement inutile à l’heure de la récolte du printemps !

Très rustique, ce type d’abeille est capable d’hiverner sans difficulté et ne consomme que très peu de nourriture pendant tout l’hiver. En revanche, elle n’a pas de concurrents valables pour démarrer son activité au début du printemps.

Une abeille pondeuse

Comme la reine pond sans discontinuer, la population s’accroît rapidement et les essaimages sont souvent nombreux, mais, l’un dans l’autre, cela permet également les divisions dès le mois d’avril. La présence de 5 à 6 cadres pleins de couvain n’est pas inhabituelle chez l’abeille carniolienne, car la reine est une pondeuse infatigable. Cependant elle arrive à réguler cette ponte en fonction des récoltes de nectar et de miellat. Si la nourriture se fait rare dans la nature, la carnica ira jusqu’à stopper sa ponte.

L’apiculteur devra lui apporter de la nourriture si la période de disette est trop longue, mais c’est le lot de toutes les races. Ceci dit, elle ne se gêne pas pour piller lorsque les temps sont durs. Autre particularité de cette abeille, elle arrive dans une certaine mesure à se défendre contre le varroa.

En un mot : elle est douce, très rustique. Très pragmatique en prévision de l’hivernage, elle consomme très peu en période hivernale, elle essaime beaucoup, n’hésite pas à piller en période de disette et démarre très tôt au printemps.

Lire aussi :