On parle souvent d’abeilles domestiques qui produisent du miel et vivent dans des ruches. Il existe pourtant d’autres types d’abeilles que l’on qualifie de solitaires ou de sauvages. Elles sont moins bien connues, pourtant, celles-ci contribuent à la sauvegarde de l’environnement aussi bien que les abeilles dites sociales. Ci-après tout ce qu’il y a à savoir pour mieux connaitre les abeilles solitaires.

Les abeilles solitaires, qui sont-elles ?

D’habitude, on voit des abeilles solitaires, aussi appelées abeilles sauvages dans notre jardin. Comme on peut déjà le deviner à travers leur nom, les abeilles solitaires ne font pas partie de ces espèces d’abeilles qui vivent en colonie. Elles n’ont pas besoin d’une ruche pour évoluer et survivre. Servir une reine ne fait donc pas partie de leur mode de vie.

Sachez qu’il existe une multitude d’espèces d’abeilles solitaires, mais l’Osmie, l’abeille charpentière et l’abeille tapissière sont les plus courantes. Elles sont assez faciles à reconnaitre grâce au bourdonnement de leurs ailes quand elles volent.

A la différence des abeilles de la ruche, ces trois espèces commencent la pollinisation des plantes, des fleurs, et des plantes à fleur très tôt dans la saison. On peut même dire qu’elles sont de bien meilleures pollinisatrices que les abeilles vivant en colonie.

Qu’en est-il de leur habitat ?

Les abeilles solitaires vivent donc indépendamment de leurs semblables. Au lieu de fabriquer une ruche, elles construisent leur nid dans des tiges de plantes à moelle. Il arrive aussi qu’elles creusent dans le sol pour avoir un trou où elles pourront s’abriter, ou encore chercher du bois mort et s’installer dedans. C’est pour cela qu’il est courant de trouver des nids dans les poutres ou les charpentes en bois.

Il existe notamment une espèce d’abeille solitaire, appelée andrena ou abeille des sables qui creuse ses galeries dans du sable. Elle est souvent présente à proximité de dunes de sable. Si les abeilles solitaires ont souvent le même comportement, elles sont physiquement différentes comme on peut le constater sur les photos.

Il faut quand même préciser que certaines espèces arrivent à cohabiter au sein d’un grand nid et avoir un comportement social. Par ailleurs, chacune des abeilles constituant le groupe construit son propre nid individuel, et réalise tout le travail toute seule.

De nos jours, étant donné que les plantes et les arbres se font de plus en plus rares, les abeilles solitaires sont contraintes de trouver d’autres milieux, parfois hostiles, pour habiter. Ce n’est donc pas rare que des abeilles sauvages s’installent dans notre intérieur.

Quelles nourritures pour les abeilles solitaires ?

nextar-d-abeilles

Comme les abeilles sociales, les abeilles solitaires adultes aiment bien se nourrir de nectar. Les larves quant à elles se nourrissent de pollen et d’insectes rapportés par leur mère pour les soutenir lors de la phase de développement.

A noter que même si ces abeilles se nourrissent principalement de nectar, elles ne fabriquent pas de miel et ne font pas de cire.

Est-ce que les abeilles solitaires font du miel ?

On ne présente plus l’Apis Mellifera, soit l’abeille mellifère qui est une espèce qui a été domestiquée par l’homme pour sa production de miel. Mais il existe diverses espèces d’abeilles, comme par exemple les abeilles solitaires. Alors qu’en est-il ? L’abeille solitaire fabrique-t-elle du miel ?

De par sa nature sauvage, et donc solitaire, cette espèce ne produit pas de miel. Pourtant, son rôle est essentiel dans la pollinisation. En effet bien que solitaires, les abeilles sauvages font partie des espèces de pollinisateurs les plus efficaces. Pour pouvoir nourrir leur famille et se nourrir elles-mêmes, les abeilles solitaires butinent le nectar afin de récolter le pollen.

Ainsi, elles participent au transport des grains de pollen de l’étamine (organe mâle de la fleur) vers le pistil (organe femelle de la fleur). Pour rappel, cette étape de pollinisation est cruciale pour le développement des graines, des fruits et des légumes. Effectivement, pour près de 90 % des plantes sauvages à fleurs, leur développement dépend de ce transfert de pollen.

Parmi les pollinisateurs importants, outre les abeilles, on peut citer des insectes (moustiques, mouches, coccinelles….) mais aussi les lézards ou encore certains oiseaux (colibris…).

Même si elles ne produisent pas de miel, les abeilles solitaires sont des animaux essentiels pour la nature. Avec ses nombreuses sensilles (poils), et sa langue plus ou moins longue, l’abeille solitaire aide à polliniser près de 80 % des espèces sauvages et 75 % des plantes cultivées, parmi lesquelles 90 % d’arbres fruitiers.

Tous les insectes pollinisateurs, même ceux qui ne produisent pas de miel, sont donc des auxiliaires essentiels pour préserver la qualité, la quantité et la diversité de l’alimentation.

Comment se débarrasser des abeilles solitaires ?

Même si l’abeille solitaire est essentielle pour la nature, sa présence peut parfois être indésirable. Notamment si une colonie installe son nid trop près de votre maison. Dans ces cas-là, il peut être nécessaire de s’en débarrasser. Attention toutefois, le but n’est pas de tuer les abeilles, mais de les inciter à aller voir ailleurs.

Plusieurs solutions existent pour vous débarrasser des nids, mais tout d’abord il faut vous assurer qu’il s’agit bien d’abeilles et non de guêpes. En effet, les techniques diffèrent en fonction de l’espèce. En cas de doute, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel. Certains apiculteurs se déplacent pour récupérer la ruche ou le nid. Il est possible de trouver cette information sur Internet.

Voici plusieurs techniques pour faire fuir l’abeille solitaire, sans lui faire de mal :

  • Faire de la fumée : ces insectes craignent certaines odeurs, comme par exemple le marc de café brûlé. Vous pouvez aussi faire brûler de l’encens et répandre la fumée dans votre maison, ou les endroits où elles font leurs nids.
  • Utiliser des répulsifs naturels : encore une fois le but n’est pas de les tuer mais de les éloigner. Vous pouvez fabriquer votre propre répulsif 100 % nature : 2 gousses d’ail hachées, 2 cuillères à soupe d’huile d’amande douce, 1 cuillère à soupe de liquide vaisselle, 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude. Diluez l’ensemble dans 1 litre d’eau et aspergez toutes vos plantes.
  • Utiliser de la citronnelle / de la menthe : même si l’abeille solitaire aime les fleurs, elle n’aime pas toutes les fleurs. C’est le cas par exemple de la citronnelle et de la menthe qui ont tendance à les faire fuir.
  • Utiliser des feuilles de séchage : si vous avez une piscine dans votre jardin, cela peut attirer les abeilles qui cherchent à se désaltérer. Pour les éloigner, placez des feuilles de séchage tout autour de votre piscine. Contrairement à la citronnelle ou la menthe, ce n’est pas un répulsif permanent. Il faut régulièrement changer les feuilles (environ chaque semaine ou dès que l’effet disparaît).
  • Créez un autre point d’eau : Nous l’avons évoqué, si les abeilles tournent autour de votre piscine c’est sûrement qu’elles cherchent à boire. Dans ce cas, créer un autre point d’eau dans un autre coin de votre jardin. Cela peut être tout simplement un seau ou une fontaine. Le but est qu’elles aillent se désaltérer hors de la piscine.

Si aucune de ces solutions n’est efficace, ou si vous craignez de vous débarrasser vous-même des nids, vous pouvez faire appel à une société de désinsectisation. Ce professionnel saura quoi faire pour enlever les nids ou les ruches en toute sécurité.

Une fois le nid enlevé, pour éviter tout retour de l’abeille solitaire, il faut prendre des mesures de précaution.  Il faut bien nettoyer l’endroit où se trouver la ruche, et reboucher le trou dans lequel le nid avait été fait.  Cela évitera qu’une autre colonie vienne y construire son abri.

Quand sortent les abeilles solitaires ?

nid-d-abeilles

La plupart des abeilles solitaires vivent moins d’un an. Elles meurent généralement en hiver, peu de temps après avoir pondu.

Pour l’espèce Osmia Cornuta, et d’autres abeilles qui nichent dans la terre, le début de leur activité se situe en mars. Comme pour l’ensemble des espèces d’abeilles solitaires, c’est d’abord le mâle qui sort en premier afin d’avoir une chance de s’accoupler avec une femelle.

Dans la zone européenne, notamment en Europe centrale, l’émergence de la femelle a lieu en même temps que la plupart des arbres fruitiers. Comme par exemple les pruniers, les poiriers ou encore les cerisiers. Ainsi, la femelle va pouvoir récolter le nectar et le pollen de ces arbres, puis le stocker dans les cellules de sa progéniture. En France, si les températures extérieures sont de 11°C / 12°C pendant 3 matins de suite, il faut commencer à guetter l’apparition des premiers mâles.  Il faut aussi bien observer les fleurs et les bourgeons des arbres fruitiers. Cela permet d’avoir un indice sur l’émergence de la femelle Osmia Cornuta. Dans le nord de l’Europe, cela se produit aux environs de la 2ème ou 3ème semaine de mars.

Le cycle de vie des abeilles sauvages

Totalement indépendante de ses semblables, une abeille solitaire travaille en solo pour prendre soin de ces œufs et de ces larves. Pour ce faire, elle choisit une galerie et pond ses œufs dedans. Chaque œuf est placé dans une cellule individuelle. Pour veiller à ce que les œufs et les futures larves soient bien nourris, elle les dépose sur une boule de pollen où est collé le nectar. Au bout d’environ 11 mois, les larves se métamorphosent en abeille.

En principe, la durée de vie d’une abeille sauvage est de 4 à 6 semaines. L’abeille mère mourra avant que les larves finissent leur développement, tandis que l’abeille solitaire mâle meurt juste après s’être accouplé avec la femelle.

Pourquoi les abeilles attaquent l’homme ?

Nous avons tous déjà vécu cette expérience désagréable. Alors que vous profitez d’un moment agréable à l’extérieur, une abeille solitaire oû plusieurs se mettent à vous tourner autour et à vous attaquer. Mais pourquoi un tel comportement ? Tout d’abord il faut rappeler qu’une fois que l’abeille vous a piqué, elle meurt peu de temps après. L’abeille n’attaque donc pas par plaisir mais par nécessité.

En effet, si une abeille solitaire attaque c’est pour défendre la ruche et donc la colonie. Elle s’est probablement sentie menacée ou effrayée, et a donc réagi avec son instinct de protection de la ruche. Les abeilles sont « programmées » pour défendre la ruche, la reine ainsi que leur réserve de miel.

Pour rappel seule la femelle peut piquer. Les mâles ne possèdent pas l’équipement nécessaire.

Il se peut parfois que les abeilles attaquent en groupe. Il y a une raison simple à cela. La première abeille qui a détecté la menace (la lanceuse d’alerte) libère des phéromones.  Ces phéromones d’alarme entraînent le passage à l’action des autres abeilles, provoquant ainsi une attaque collective. Encore une fois cette attaque collective se déclenche car une menace a été détectée, et non pas pour le « plaisir » d’attaquer.

Pourquoi ne faut-il pas tuer les abeilles ?

Comme nous l’avons vu, les abeilles peuvent parfois attaquer l’homme. Pourtant, il faut absolument éviter de les tuer. C’est d’ailleurs pour cela que nous vous avons donné des astuces pour vous débarrasser des abeilles sans avoir à les tuer.

En effet, les abeilles jouent un rôle essentiel dans la préservation de la nature. Ce sont de formidables insectes pollinisateurs qui participent à préserver la richesse et la diversité du sol. Ce qui permet en retour de préserver la production mondiale de nourriture.

Or, les abeilles tendent à disparaître. De fait, selon plusieurs chiffres, la population d’abeilles domestiques a diminué de 25 % en Europe entre 1985 et 2005. Cette disparition s’explique notamment par l’utilisation généralisée de pesticides en agriculture. Le gouvernement a d’ailleurs élaboré un plan pour réduire, voire interdire, l’utilisation de certains pesticides dans les cultures du sol. Outre l’apiculture qui permet de préserver les abeilles domestiques, il est important que chacun d’entre nous veille à ne pas tuer ces insectes pollinisateurs si essentiels pour la vie de la nature.

Astuces pour accueillir et attirer les abeilles solitaires dans son jardin

bocaux-de-miel

Pour protéger les abeilles solitaires, il est nécessaire de préserver déjà leur habitat naturel. En effet c’est un insecte qui mérite d’être sauvé, étant donné qu’il joue un rôle très important dans la sauvegarde de l’environnement. L’idée est donc de les offrir un environnement dans lequel elles pourront s’évoluer et se multiplier en toute sécurité

Si vous souhaitez soutenir la cause, vous pouvez toujours les accueillir dans votre jardin. Pour ce faire, il faut adopter les bons gestes en vous débarrassant des insecticides et des pesticides que vous aviez l’habitude d’utiliser pour entretenir votre jardin. Les produits chimiques sont néfastes pour nos amies abeilles.

Outre cela, pensez à choisir des plantes et des fleurs sur lesquelles les abeilles solitaires pourront butiner le plus fréquemment et aisément possible. Les plantes aromatiques peuvent aussi faire leur effet pour attirer le plus grand nombre d’abeilles. On peut par exemple citer par-là l’origan, le thym, la menthe, le romarin, etc.

Avec toutes ces bonnes astuces, vous allez pouvoir abriter des abeilles solitaires dans votre jardin 😉