La cire d’abeille

Un des produits offerts par la ruche, à part le miel, la cire d’abeille est une matière naturelle fabriquée par les abeilles elles-mêmes. Ce sont les ouvrières qui en sont les responsables et elle est aussi extraite de la ruche pour différents usages. Réputée pour avoir plusieurs vertus, la cire d’abeille est utilisée dans plusieurs domaines, domestiques et industriels. Toutefois, beaucoup ne savent pas quelle est sa composition, comment elle est produite, comment est-elle extraite et quels sont les usages de cette substance.

Comment est produite la cire d’abeille ? 

La cire d’abeille est une matière élaborée par les abeilles, elle est produite au niveau des glandes cirières. Sa première utilité est la confection des alvéoles, ces cavités contenant du miel, du pollen et dans lesquelles est hébergé le couvain. Essentiellement, ce sont les ouvrières qui produisent cette substance, avec les huit glandes cirières qu’elles possèdent. Ces glandes se situent au niveau de la partie ventrale de ces abeilles, dans le 4ème, 5ème, 6ème et 7ème segment de la sternite.

Les glandes cirières produisent des écailles de cire qui sont ensuite malaxées par les mandibules, la partie buccale mobile double des abeilles. Les abeilles sécrètent un solvant à partir de leur salive pour rendre les écailles de cire plus souples et plus faciles à malaxer. Quand elles sont bien pétries, la fabrication des rayons sera effectuée. La cire est aussi utilisée pour l’operculation.

La cire d’abeille est produite par les ouvrières, et pour optimiser sa production, plusieurs facteurs entrent en compte. L’âge des abeilles entre en compte, estimé entre 12 à 18 jours, est un paramètre qui garantit une production plus importante. La température de la ruche, dans la partie occupée par les cirières, qui doit être constante, entre 33°C et 36°C, est un principal critère de la production de la cire. Et la qualité de l’alimentation est le facteur le plus important, des nourritures à fort taux de miellé rendent la construction plus facile.

Le rôle de la cire dans la ruche

La cire d’abeille est alors une substance produite par les abeilles, plus précisément par les ouvrières. La cire est un produit essentiel à la ruche et à sa population. La première utilisation de la cire est la création des alvéoles. Ces cellules permettent au couvain, l’ensemble des œufs, des larves et des nymphes, d’être opérationnel et servent d’abri pour ces produits de la fécondation. Ces alvéoles servent également de stockage de nourritures, notamment le pollen et le miel pour le couvain.

D’autres utilités sont également assignées à la cire, entre autres celle d’un adjuvant à la propolis pour la rendre plus souple et plus malléable. La cire est aussi le produit que les ouvrières usent pour « operculer » les alvéoles, pendant la période de mues des larves afin de mieux les nourrir et de les protéger.

La production de cire dépend de l’abondance ou non des aliments recueillis par les ouvrières, principalement des butineuses. Sa sécrétion est importante en période de provisions suffisantes, dans le cas contraire, la production de cire est diminuée, voire inexistante en période de pénurie. L’absence de miellé est, toutefois, récompensée par d’autres techniques pour construire les alvéoles et pour operculer les larves. Des matériaux issus des anciens rayons peuvent servir à la fabrication des cellules pour le couvain et à l’operculation.

Il est à noter que le renouvellement de la cire est important pour assurer l’hygiène. L’apiculteur aura alors à renouveler chaque année quelques cadres afin de garantir la propreté et la salubrité de la ruche. Les vieux cadres sont des endroits qui facilitent la prolifération des éléments agresseurs, comme les champignons et les spores. Renouveler régulièrement la cire est un moyen pour éviter l’essaimage. Renouveler ainsi les cadres prévient de la fièvre de l’essaimage chez les nourrices, quand  le nombre des larves à élever est moins important.

La taille des cellules est également un élément à prendre en compte. La cire est le matériau pour confectionner les alvéoles. Les cellules dépendent de la taille des abeilles, chaque race a la sienne. Les abeilles européennes étant plus grandes, leurs cellules ont une dimension entre 5,12 mm et 5,5 mm. Les races d’abeilles africaines sont plus petites au niveau de la taille, leurs cellules sont en moyenne 5 mm. Dans le cas où les cellules sont trop petites, les abeilles en sont réticentes. Par contre, de grandes cellules seraient plutôt exposées à un couvain de mâles.

Cire d’abeille : ses différentes propriétés

La cire d’abeille est un produit naturel, dont diverses propriétés lui sont attribuées. La cire d’abeille est essentiellement composée de lipides. 70% de sa composition est constituée d’esters d’acides gras et d’alcools. 14% d’acides libres et 12% d’hydrocarbures sont aussi relevés dans la cire. Les autres composants sont beaucoup moins importants, à savoir les alcools libres à raison de 1,2%, 0,5% de lactones et 2,3% d’eau et d’autres composés.

Des pigments apportés par le pollen et la propolis définissent également sa propriété. La cire est un corps solide, sous forme d’écailles à sa première formation, et sa température est estimée à moins de 18°C. Sa texture change au fur et à mesure, selon sa température. Ainsi, elle sera plus souple et plus fondante entre 35°C et 40°C. Son point de fusion sera atteint à 65°C. La cire est inflammable à partir de 145°C, cette température la rend donc sensible au feu. La cire a une densité près de 0,95.

La cire vierge est de couleur blanche, mais en vieillissant, elle prend une couleur brunâtre qui peut virer au noir au fil du temps. Plusieurs substances qui se collent aux rayons sont aussi les responsables de ces changements de couleurs. Les pigments naturels teintent la cire en jaune paille, en orange, en rouge jusqu’à devenir marron. Seule la coloration change, la qualité de la cire reste constante. La cire est un produit naturel qui n’est pas altéré par le temps. Sa composition chimique reste stable et elle est résistante à l’oxydation naturelle et à l’hydrolyse. La cire n’est pas soluble dans l’eau.

Comment récupérer la cire d’abeille ?

La cire d’abeille est considérée comme un produit précieux, plus précieux même que le miel. Il est à noter que les abeilles doivent se nourrir de 7 à 15 kg de miel pour pouvoir produire 1 kg de cire. La récupération de la cire n’est pas si rentable, cependant, la cire gaufrée est une opportunité pour confectionner des rayons plus profonds, pouvant optimiser le rendement des cires dans les ruches. La récolte des cires produites par les abeilles est une pratique que l’apiculteur fait régulièrement.

Pour renouveler les rayons, au moins 2 à 3% du miel récolté extrait de la cire d’opercules additionné de la cire des vieux cadres déjà réformés sont nécessaires. Souvent, le souci de l’apiculteur réside dans la production de pains, rendus plus purs, et gaufrés par la suite. Toutefois, il existe quelques méthodes pour cette opération.

L’apiculteur peut alors utiliser le certificateur solaire permettant de fondre et d’épurer les opercules et les vieux rayons. De la cire à la couleur jaune sera ainsi extraite des vieux rayons dont la couleur serait noire. Cette technique est idéale pour les opérations en petites quantités, et nécessite de grand soleil. Il y a également la technique de la récupération de cire par chaudière permettant de l’extraire après l’avoir fondue à la vapeur. C’est aussi le cas avec la cire essoreuse, seulement, le rendement est optimisé par l’utilisation de la technique de la force centrifuge.

À l’échelle industrielle, la récupération de la cire d’opercules peut aussi utiliser de grands moyens chez les apiculteurs professionnels. La fusion par chaleur est cette technique qui filtre les cires brutes à l’aide d’une grille étalée sous les rayons de soleil derrière une vitre, sur un caisson qui sert d’isolant.

La technique de la fusion à l’eau chaude est celle qui est la plus rentable et appropriée à une grande quantité de cire. C’est une technique qui peut être utilisée pour toutes les saisons. Le matériel à avoir est un récipient métallique, et le chauffage idéal est celui en bois. Cette technique est à faire à l’extérieur, et il ne faut surtout pas atteindre l’ébullition au risque de voir le contenu déborder.

Ne disposant pas de tels équipements, il est toujours possible de faire l’opération, avec une quantité moins importante, de façon artisanale. Pour éliminer les déchets et épurer la cire, il faut passer les cires d’opercules après fusion dans une grande quantité d’eau et de filtrer avec un grillage ou avec une toile à miel. Un écrémage après quelques heures au repos donne de la cire bien claire. Le façonnage et le refroidissement se feront dans un moule.

La filtration domestique peut se faire chez soi, avec seulement quelques récipients et des équipements basiques. Se procurer de cire brute chez les apiculteurs est tout à fait accessible. Avec la technique du bain-marie, une filtration avec un vieux bas, quelques gestes précis et on peut obtenir de la cire claire, utilisable pour des produits maison, pour des préparations cosmétologiques ou comme nettoyants ménagers.

Il faut savoir que la récupération de la cire est une opération qui requiert une certaine doigtée et ne doit être faite que par un apiculteur aguerri. La température est à surveiller minutieusement, la cire étant inflammable. Les équipements sont à respecter, l’utilisation de gants et de pince est de rigueur. Même si la récupération de la cire peut se faire artisanalement, il faut prendre certaines mesures, car les risques d’incendies ou de brûlures ne sont pas minimes.

Les bienfaits de la cire d’abeille

La cire d’abeille renferme des vertus inestimables pour être utilisée dans différents domaines. À part son usage dans les activités domestiques en tant que produit de cirage comme encaustique, comme enrobage pour les fromages ou pour fabriquer des bougies, la cire est très sollicitée dans le cosmétique. En effet, on constate plusieurs bienfaits de la cire d’abeille pour la peau que les cosmétologues en font usage.

L’usage cire d’abeille entre dans la confection de certains produits, à savoir les baumes pour cheveux, le rouge à lèvres et autres. On lui attribue des vertus cicatrisantes et des propriétés anti-inflammatoires pour soulager les blessures. La cire regorge aussi de vitamine A, c’est ainsi qu’elle offre une hydratation optimale et une grande protection pour la peau. Elle est très utilisée dans la fabrication d’un masque pour avoir la peau des mains rajeunie.

Certaines maladies dermatologiques peuvent être soulagées avec de la cire. L’eczéma sec est une infection que la cire peut très bien soigner. Principal composant des « cold cream », la cire apporte une certaine fraîcheur sur la peau et soulage ainsi les démangeaisons. Les gerçures touchent la peau comme les lèvres, la cire permet d’y remédier et de retrouver une bonne texture de la peau, hydratée et protégée.

D’autres bienfaits sont assignés à la cire d’abeille, et le domaine de la confection de médicaments en use comme excipient. La cire entre donc dans la fabrication des ovules, de suppositoires, dans les pommades et dans d’autres préparations. Autrefois, nos aïeux l’utilisent pour soigner des maux. Ainsi, une compresse à la cire permet de se défaire de la toux et de soulager les encombrements. Le cataplasme à la cire permet de réchauffer la poitrine, de rendre fluides les glaires. Un remède déjà conditionné est accessible en pharmacie, sous forme de médicament prêt à l’emploi.

Le cataplasme à la cire est aussi un bon allié pour soulager les crises de rhumatisme et autres douleurs articulaires. Cette technique offre de bons résultats et soulage les douleurs. Sous forme de gélules, la cire permet de réguler le fonctionnement du système digestif bas. Les intestins sujets aux diarrhées ou à la constipation seront soulagés avec la prise de ces gélules de cire. Ce sont des bienfaits notables que la cire peut apporter au corps, aux cheveux, au visage et aux organes. Ces vertus thérapeutiques se confirment, même dans les établissements pharmaceutiques sous forme d’application locale comme des baumes, des lotions, de crèmes ou sous forme de comprimé à introduire dans certaines parties du corps.

Voir les caractéristiques des autres produits de la ruche :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *