L’abeille noire (Apis Mellifera Mellifera)

L’abeille noire, dénommée ainsi à cause de la couleur de sa robe, est une des races d’abeilles endémiques de l’Europe de l’ouest. Chez les éleveurs professionnels, elle est capable de développer des colonies de grande densité. Elle a tendance à fuir la fumée, une caractéristique bienvenue lorsqu’arrive le moment de la récolte.

Pas trop amicale

Cette abeille noire est quelque peu agressive, mais cela ne présente pas de problèmes majeurs si l’on s’entoure de précautions d’usage : enfumoir, blouson, voilette. Elle a une langue assez courte, mais cela ne l’empêche pas de butiner dans les corolles profondes de l’acacia, même si son ratio de collecte est inférieur à celui des autres races.

Deux reines dans la même ruche

Il paraitrait aussi que ce soit la seule espèce connue pour avoir la faculté de démarrer un élevage royal dès que la reine produit moins de phéromones. Chose inconcevable au sein des autres races, on assistera à la cohabitation exceptionnelle d’une reine adulte et d’une autre plus jeune dans une seule et même ruche.

Fait extraordinaire dans les annales de l’apiculture, l’on aura l’occasion de voir deux reines dans l’exercice de la ponte sur un même cadre. Mais, cette situation ne sera qu’éphémère, car la jeune reine se débarrassera de la vieille après quelques temps.

Toujours est-il que cette particularité permet à cette espèce d’abeille de demeurer stable dans le temps vu que la colonie bénéficiera toujours d’une reine au faîte de sa forme physique.

Si l’on en croit certaines sources, l’abeille noire serait assez peu productive, mais la preuve a été faite par des études comparatives qu’à conditions égales, elle est à même de produire autant que les autres races.

Une bonne gestion des ressources

Elle a également le chic d’amasser des réserves à l’intérieur du corps de ruche et de stocker en abondance le pollen et le miel sur les bords du couvain. L’abeille noire essaime peu, mais force est de reconnaître que la colonie a tendance à se développer plus tardivement que les autres races à la sortie de l’hiver.

Pour résumer, on va dire que l’abeille noire est relativement agressive, qu’elle gère bien sa production en prévision de l’hivernage, qu’elle est peu essaimeuse et très rustique.

Lire aussi :