Les maladies des abeilles

Les maladies

Les abeilles sont des êtres vivants, et en tant que tels, elles peuvent également être victimes de maladies dont certaines peuvent les mettre en danger. A ce jour, on en dénombre plusieurs, certaines contaminent directement les abeilles (virus, bactéries, maladies infectieuses, etc.), d’autres s’attaquent au couvain, notamment les larves, ou à la ruche proprement dite. Vous retrouverez sur ce site les maux les plus courants, dont en voici un petit aperçu.

Les maladies des abeilles

En effet, les abeilles peuvent tomber malades, et cela peut affecter plus ou moins gravement toute la colonie. On a entre autres l’acariose, une maladie contagieuse due à l’Acarapis woodi, un acarien qui affecte le système respiratoire des abeilles, aussi bien les ouvrières que les reines, ainsi que les faux-bourdons. Les abeilles atteintes finissent par étouffer. Les premiers symptômes peuvent être un affaiblissement, un dépeuplement de la colonie, des ailes asymétriques, des diarrhées, etc.

On a aussi la maladie noire, ou encore le mal des forêts, une maladie infectieuse qui entraîne la paralysie chronique (CPV) ou une paralysie aiguë. Les butineuses âgées sont les plus exposées, et deviennent tremblantes et incapables de voler. Elles sont souvent retrouvées mortes à l’entrée de la ruche, bloquées par les gardiennes. À part cela, on a également la nosémose, une maladie due à un champignon. Se proliférant à l’intérieur de l’estomac de l’abeille, elle provoque souvent une mort par la faim de cette dernière, ne pouvant plus se nourrir correctement.

Les maladies affectant le couvain

Certaines maladies affectent ainsi le couvain, comme la loque européenne ou la loque américaine, des maladies bactériennes pouvant entraîner un affaiblissement, voire une disparition de la colonie. Elles affectent souvent les larves, alors infectées par des spores, et deviennent maigres et flasques avant de mourir.  

Les maladies affectant la ruche

On a aussi de nombreuses autres maladies pouvant affecter la ruche proprement dite. Entre autres, on a le varroa, un parasite qui s’attaque aux larves et pond des œufs dans le couvain. Il va ainsi répandre des virus pouvant causer des malformations chez les abeilles victimes, et ainsi affaiblir toute la colonie. On a aussi la fausse teigne, pillant le pollen et s’attaquant à la cire. il s’agit d’un papillon qui peut être vecteur de la loque américaine. On peut distinguer la petite teigne et la grosse teigne, qui s’installent souvent dans des ruches affaiblies ou dans des ruches trop grandes. En général, si la taille de la ruche est adaptée à la colonie, les nettoyeuses pourront éradiquer ces teignes.

En Amérique et en Australie, un autre parasite des ruches est apparu et décime de nombreuses ruches, à terme. Il s’agit du « petit coléoptère des ruches » ou de l’Aethina tumida. Les larves de ce parasite envahissent le miel. Ce parasite est d’origine sud-africaine. Il a été détecté pour la première fois en Europe en 2014. Actuellement, cette menace n’a pas encore fait des ravages sur le territoire français (ou du moins, aucun cas n’a encore été répertorié). Mais de nombreuses mesures ont été prises pour essayer de contenir la menace. Affaire à suivre !

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *