Les parasites des abeilles

Les parasites

Tant d’éléments peuvent conduire à une destruction d’une ruche, cela peut être des maladies, des prédateurs ou bien des parasites. De ce fait, l’apiculteur doit toujours être vigilant pour préserver sa ruche de ces parasites des abeilles et garder un bon rendement. Le mieux c’est de se préparer et de se renseigner sur tous ceux qui peuvent menacer la ruche. Voici les différents parasites, un des différents danger pour l’abeille dont il faut se méfier pour avoir un résultat satisfaisant dans ce domaine de l’apiculture.

Le varroa : un des parasites qui menacent les abeilles

Ce parasite des abeilles vient de l’île de Java, en Indonésie. Il est arrivé en Europe vers les années 70 et en France aux environs des années 80. Ce sont les échanges et exportations de reines et d’essaims qui ont favorisé sa propagation. Il a l’apparence d’un petit crabe brun et se nourrit de la larve, de la nymphe. Il inspire l’hémolymphe de l’abeille.

Le varroa est porteur de maladies. Étant un ectoparasite il vit à la surface corporelle de son hôte. Pendant sa piqûre, il peut transmettre des agents pathogènes qui pourront contribuer à des maladies comme la loque ou la paralysie. L’éliminer complètement est presque impossible, mais il y a toujours une solution pour limiter sa propagation. Ainsi, il n’infectera pas toute la colonie. Pour le traiter, vous pouvez utiliser de l’apivar, de l’acide formique ou du thymol.

La fausse teigne

Il s’agit d’un papillon gris qui pénètre dans la ruche et pond ses œufs assez rapidement. La larve s’alimente de cire et sa propagation risque d’engendrer des dégâts graves. La fausse teigne peut être aussi appelée papillon de la ruche ou gallérie. C’est un papillon vorace qui préfère s’installer dans les colonies affaiblies ou de petites tailles.

Ce papillon n’est pas une maladie ni un prédateur mais un parasite. Il ne provoque pas directement une perte de colonie, par contre il contribue à l’affaiblissement des ruches. Ainsi, il creuse des galeries à travers la cire. Au fur et à mesure qu’il agit, les cadres deviennent inutilisables. La fausse teigne perturbe la circulation des abeilles.

Il existe deux types de fausse teigne, celle qui est petite ou Achorea grisella et l’autre qui est grosse ou galleria mellonella. Celle-ci est la plus aperçue dans les ruches. Elle aime l’humidité et les lieux obscurs. Le papillon se développe à une altitude moins de 1000 mètres et devient plus dangereux lorsqu’il a atteint son stade larvaire.

L’aethina tumida

L’aethina tumida connu également sous le nom de petit coléoptère des ruches est un parasite des colonies d’abeilles. Il provient de l’Afrique du Sud. Il a une couleur brun foncé lorsqu’il est adulte et peut mesurer jusqu’à 5,7 mm de long et 3,2 mm de large. La durée de sa survie est de 6 mois.

Le coléoptère est capable de se déplacer très vite. Il est capable de voler jusqu’à 5 km. Les parasites comme l’aethina tumida préfèrent infester les ruches peuplées, dans ce milieu il se propage assez rapidement. Mais lorsqu’il ne trouve pas de ruche, il peut se contenter de fruit pour survivre. Ce petit coléoptère de ruche pond ses œufs en été sur les cadres de pollen. Donc, pour pouvoir s’en débarrasser, il faut réaliser des inspections de ruche régulièrement et agir en conséquence.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *