Les prédateurs de l’abeille

Si l’homme est le principal danger pour les abeilles et la menace la plus sérieuse, il ne peut pas être considéré comme un des prédateurs de l’espèce au sens propre du terme. Le prédateur, tel qu’il est, traite l’abeille comme sa proie et le tue pour qu’il lui serve de nourriture. Voici une petite liste des animaux qui agissent de cette manière.

L’un des plus dangereux des prédateurs : Le frelon asiatique

Aussi appelé Vespa Velutina, le frelon asiatique défraie la chronique depuis une quinzaine d’années. Comme son nom l’indique, il est originaire d’Asie et fut introduit en France probablement par le biais d’importations de poterie chinoise. Sa proie favorite est l’abeille et il constitue actuellement un véritable fléau pour l’apiculture sauvage et domestique. Opérant seul ou en patrouille, le frelon asiatique attend sa proie en effectuant un vol stationnaire juste à l’entrée de la ruche ou au-dessus des fleurs qu’elle butine. Plus imposant et disposant de grandes pattes, il n’a qu’à saisir sa proie pour ensuite l’emporter afin de nourrir ses larves. La destruction de sa colonie reste jusqu’à présent la meilleure solution pour le combattre.

Le guêpier d’Europe

Le guêpier d’Europe, de son vrai nom le Merops apiaster, est un oiseau migrateur qui a fait de l’abeille sa principale nourriture. Il migre généralement dans la savane africaine en automne et retourne en Europe, dans les régions méditerranéennes, lors de la floraison des cultures. Le guêpier est un prédateur agile puisqu’il mange sa proie en plein vol. On estime qu’il a besoin de manger près de 225 abeilles par jour pour survivre et prendre soin de ses progénitures. Il est donc important de le chasser et de le faire déguerpir dans la mesure où son espèce est protégée par les conventions internationales.

Le philanthe apivore

Généralement butineuse, la femelle fécondée de philante apivore chasse l’abeille pour nourrir ses larves. Son terrain de chasse est bien ciblé, soit sur les fleurs pendant le butinage ou carrément dans les nids. Elle paralyse généralement ses proies par son dard pour ensuite les transporter vers sa progéniture. A noter qu’il ne faut pas la confondre avec le frelon asiatique, légèrement plus gros et  qui est beaucoup plus dévastateur sur les ruches.

Les araignées

Les araignées sont aussi des prédateurs, très friandes d’abeilles, particulièrement l’argiope frelon ou argiope fasciée, ainsi que l’araignée-crabe. Ces types d’araignées font vraiment la chasse aux gros insectes une spécialité alors que leur taille ne dépasse guère 25 mm pour la femelle. Si l’argiope frelon peut attendre sa proie au milieu de sa toile grâce à sa couleur camouflage jaune et noire, l’araignée-crabe chasse vraiment les insectes pollinisateurs au sommet des fleurs.

La moufette fait partie des prédateurs

Ce mammifère particulièrement présent en Amérique est un prédateur commun à toutes les abeilles. On peut repérer son passage par la présence de griffures sur les ruches, d’abeilles mortes à proximité, mais surtout par un comportement d’énervement caractéristique de la ruche. Bien souvent, il suffit d’installer la ruche en hauteur ou de mettre ses entrées hors de portée de l’animal pour résoudre le problème. 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *