Osmie

L’Osmie ou abeille maçonne (Osmia Cornuta)

L’Osmie ou Osmia Cornuta, communément appelée abeille maçonne, fait partie de ces abeilles dites sauvages ou solitaires. Elle est la cousine la plus proche de l’abeille domestique. A la différence de celle-ci, l’abeille maçonne n’a pas besoin de vivre en communauté. Elles évoluent donc indépendamment de ses semblables. De ce fait, la vie dans une ruche, ou encore la notion de la hiérarchie sont totalement inexistantes chez l’Osmie. Ci-après les points importants à savoir sur l’abeille maçonne !

Caractéristiques physiques de l’Osmie

L’Osmie est une espèce d’abeille qui appartient à l’ordre des hyménoptères. Cet ordre regroupe nombreuses espèces de petits insectes tels que les guêpes, les bourdons, et bien évidemment, les abeilles. Les espèces comprises dans cet ordre ont pour caractéristiques communes deux paires d’ailes membraneuses et une paire d’antennes relativement segmentées selon l’espèce.

Il est assez facile de reconnaître l’abeille maçonne. Sa tête, ses pattes, ainsi que son corps sont bien garnis en poils fins. Elle est de couleur rousse avec des rayures noires. Chez la femelle, les poils de la tête sont de couleur noire, tandis que chez le mâle, ils sont gris.

Comme le mâle, la femelle est pourvue de deux antennes. Par ailleurs, celles du mâle sont segmentées. Outre cela, la femelle se distingue du mâle avec ses deux cornes placées entre les antennes et les mandibules. Pour ce qui est de sa taille, l’Osmia mesure entre 6 et 18 mm de long environ. Le mâle est légèrement plus petit que la femelle.

Dans quel type d’habitat vit l’abeille maçonne ?

Comme toutes les autres espèces d’abeilles solitaires, l’abeille maçonne a pour habitat naturel les tiges creuses, les troncs d’arbres, etc. Les parcs, les pré-verges, les prairies, les champs, et les jardins figurent parmi les milieux propices à leur développement et à leur évolution.

Toutefois, il faut préciser que le terme « maçonne » provient surtout de la méthode que l’abeille utilise pour refermer son nid. Pour murer la niche, elle opte pour de l’argile. Plus précisément, on parle ici d’un couvercle réalisé avec de la boue.

Mode de reproduction de l’Osmie

L’abeille maçonne est tout particulièrement connue pour son talent à construire des nids. Ainsi, pour veiller à la continuité de son espèce, l’abeille femelle réalise des trous pour y pondre ses œufs. A savoir que la galerie comporte des cellules individuelles pour recevoir et abriter chacun de ces œufs. Ensuite, la mère pose une boule de pollen comportant du nectar sur chaque cellule pour nourrir les œufs et les futures larves afin qu’ils puissent achever leur développement.

A noter que les mâles sont plus près de la sortie et quittent le nid en premier. Ils attendent ensuite les femelles pour s’accoupler, et meurent quelques temps après.

L’abeille charpentière, un agent incontournable de la pollinisation

A la différence de sa cousine l’abeille domestique, l’abeille charpentière commence la pollinisation très tôt dans la saison. Elle fait partie de ces petits insectes qui visitent les jardins et les prairies en premier. Sachez que l’Osmia Cornuta est capable de voler pendant au moins 14 h afin d’assurer la pollinisation de toutes sortes d’arbres et de fleurs.

Ainsi, elle participe à la floraison des fleurs et des plantes, ainsi qu’à la fructification des arbres fruitiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.